VENTS ET PARFUMS

Tome 3

Après avoir agrandi et fortifié son royaume, la pharaonne Hatchepsout décide de partir pour le Pays du Pount sur les côtes africaines, région inconnue des Égyptiens, afin de ramener parfums, épices, ivoire et fourrures dont elle veut faire le commerce. Le voyage reste très périlleux et aucun pharaon, avant elle, n’a osé l’entreprendre.
Un matin, à l’aube, cinq grands vaisseaux quittent le Nil. Confiante, la pharaonne embarque sur le « Sceptre d’Amon » et, dans son sillage, suivent les Thébaines. Hardies et déterminées, elles ignorent qu’elles devront surmonter les multiples dangers d’un océan qu’elles ne connaissent pas et guetter les pièges d’une jungle africaine dont elles ignorent tout.
Un long périple pour l’expédition royale et la pharaonne dont le but essentiel est de revenir couverte de gloire !

UN PEU D’HISTOIRE

Vents et Parfums aborde les voyages. Hachepsout construit, rénove certes, mais elle favorise aussi le commerce et l’artisanat. Pour ce faire, elle va organiser un gigantesque voyage au Pays du Pount, sur les côtes africaines, région inconnue des Égyptiens, pour rapporter parfums, épices, ivoire et fourrures dont elle veut faire le commerce. Mais elle veut surtout ramener les fameux arbres à pain qui produisent un encens extraordinaire afin de plaire aux dieux.


À l’époque, ce Pays du Pount était difficilement repérable, et même de nos jours, on ne sait pas très bien où il se trouvait. Sans doute à la pointe de la mer Rouge, du côté de l’Éthiopie ou plus bas, sur les côtes de Somalie, ou complètement à l’est du Soudan.


En tout cas, où que soit ce pays, le voyage était très périlleux et aucun pharaon de sa dynastie n’avait osé l’entreprendre. On équipa cinq gros navires construits en bois du Liban. On recruta des hommes d’équipage et des rameurs, puis on chargea les vaisseaux de cadeaux éblouissants destinés au roi du Pount.


Pour effectuer ce long voyage, il y avait deux solutions, aussi dangereuses l’une que l’autre :


- soit démonter les navires, traverser le désert avec les assemblages des bateaux et les reconstruire sur les bords de la mer Rouge à Quoser, seul port existant sur la côte à cette époque,


- soit remonter le Nil jusqu’au delta et, si les vaisseaux ne se perdaient pas du côté opposé, la Méditerranée, trouver la brèche qui débouchait sur cette fameuse mer Rouge, puisque le canal de Suez n’existait pas. Mais, ce qui était plus périlleux encore, c’est qu’une fois la brèche trouvée, elle était si mince et si peu profonde que les vaisseaux s’embourbaient, tournaient en rond et, souvent, se retrouvaient au point de départ. Par contre, si l’opération réussissait, encore fallait-il aux Égyptiens maîtriser une navigation maritime dont ils n’avaient aucune idée, trop habitués à la tranquille navigation sur le Nil. Se retrouver dans les tempêtes, les vagues hautes de plusieurs mètres, les mâts cassés, les voiles
déchirées et le mal de mer n’était pas de leur compétence.

Cette deuxième solution sera celle qu’adoptera l’expédition de Hatchepsout.
Un matin, à l’aube, les cinq grands vaisseaux quittent le Nil pour le Pount. Ils reviendront chargés de produits africains et des fameux encens et la pharaonne sera couverte de gloire.

Cette entreprise courageuse ouvrira pour la première fois une véritable voie commerciale.


LE ROMAN

Déçue, amère, à nouveau seule, Séchat poursuit ses recherches. Enfin, elle retrouve sa fille dans les marais du delta, chez une vieille gardienne de chèvres.Revenue à Thèbes, Hatchepsout exige de nouveau la soumission de Séchat et, pour ce faire, fera élever la fillette dans son propre harem.


Prête à partir pour une grande expédition maritime au pays du Pount, sur les côtes africaines, d’où elle doit rapporter les épices et les parfums qui plaisent aux dieux, Hatchepsout demande à Séchat, qui a retrouvé son poste de Grande Intendante, de l’accompagner. Le voyage est long et périlleux. Jamais aucun pharaon avant Hatchepsout n’avait osé l’entreprendre.


Sur l’un des navires, Séchat rencontrera le médecin Neb-Amon qui, avant d’embarquer, soignait le petit peuple de Thèbes. Une lente et forte passion va les étreindre et, après de multiples aventures dont l’une entraînera la jeune femme dans une histoire de magie africaine mêlée de sexe et de croyances qui la laisse
pantelante, Séchat verra enfin un destin plus tranquille se dessiner devant elle.


Au retour de cette brillante expédition, elle décidera d’abandonner sa prestigieuse carrière pour suivre avec Neb-Amon le nouveau chemin qu’elle se trace, celui de l’amour et de l’harmonie familiale.

Retour aux thébaines